Ce Resident Evil : The Mercenaries 3D était très attendu sur une 3DS en mal de bon gros softs. Ah, attendez, on me fait signe que c'est Resident Evil Revelations qui était attendu. Tant pis, on va attendre encore un peu...

Eh oui, car en lieu et place du beau Resident Evil, on se retrouve avec un mini-jeu qui pue le mercantilisme à plein nez. Si encore c'était amusant, mais in fine pratiquement tout sur cette cartouche est frustrant.

Le jeu n'est en fait qu'une succession de petites missions de quelques minutes où il faut flinguer un max de zombies avant la fin du temps imparti. Dit comme ça, cela ne semble pas si mauvais. Pourtant ça l'est.

Resident Evil : The Mercenaries 3D sur 3DS.
Resident Evil : The Mercenaries 3D sur 3DS.

Déjà, il faut reconnaître que la maniabilité n'est pas un modèle de nervosité, puisqu'elle se base en grande partie sur celle de Resident Evil 5. D'ailleurs, le jeu joue la carte de la feignantise en prenant place dans les décors de ce dernier. Si dans un The Club le principe de bourriner le plus rapidement possible avait quelque chose de jouissif, ici c'est totalement salopé par ce gameplay qui ne s'y prête absolument pas.

Bon, ok, il est maintenant possible de tirer en marchant, mais même : votre personnage est lourd au possible, et on perd tout le plaisir de procéder méthodiquement puisqu'on n'en a tout simplement pas le temps. Fort de cette constatation, tout mon plaisir de jeu s'est envolé en fumée, alors que je n'avais passé que quelques minutes sur le jeu !
De toute façon, la durée de vie est très réduite, avec seulement cinq mondes de quelques niveaux chacun. On peut recommencer avec différents personnages, mais cela n'apporte pas grand chose.

Le seul point fort du titre, c'est sa réalisation. C'est vraiment super beau et bien fait, il n'y a pas à dire. D'autre part, cette fameuse maniabilité n'est pas mauvaise, elle est juste inadaptée à des parties très limitées dans le temps. En gros, les gens de Capcom nous ont pondu cette merde histoire de rentabiliser le moteur qui va servir au réel épisode 3DS de Resident Evil, le bien nommé Revelations.

Le jeu est techniquement très bon, mais pour le reste, c'est vraiment discutable...
Le jeu est techniquement très bon, mais pour le reste, c'est vraiment discutable...

Et justement, on trouve la démo de ce dernier sur la cartouche ! Et là, ça laisse augurer du meilleur. La démo se termine en quelques minutes seulement, mais bénéficie de la même réalisation hors pair, et cette fois propose un gameplay correspondant beaucoup mieux à la série, en revenant au passage au survival horror, genre qui avait été mis de côté depuis le quatrième épisode.
En gros, ces deux minutes de jeu sont beaucoup plus intéressantes que les deux heures passées sur le mode principal de Resident Evil : The Mercenaries 3D, un comble !

Pour finir d'enfoncer ce gros foutage de gueule, Capcom à poussé le vice jusqu'à son paroxysme en intégrant un système de sauvegarde unique totalement IMPOSSIBLE a effacer !
Exit la revente, mais également le fait de recommencer le jeu, de remettre ses scores à zéro où même de le prêter à votre copine où à votre petit frère. Super Monkey Ball 3D avait déjà fait de même, il faut croire que ce système minable sied bien aux jeux moyens et opportunistes...
à peine moyen

Resident Evil : The Mercenaries 3D en quelques mots

Joli raté que ce Resident Evil : The Mercenaries 3D. La réalisation est hors paire, mais ce n'est finalement rien d'autre qu'une démo technique sans grand chose de plus derrière. Sans parler du système de sauvegarde tout simplement inadmissible et finissant de prendre le joueur pour un con. A éviter à tout prix !

La note : 2/6 (à peine moyen)