Voici venir le fameux Streets Of Rage 3, plutôt rare et côté auprès des collectionneurs, mais paradoxalement très décrié des joueurs, prétextant qu'il n'est pas à la hauteur de la série.

Après un écran titre et des options plutôt dépouillés, on arrive sur le choix des persos. Skate, Axel et Blaze sont toujours présents, mais exit Max et place à Zang, un cyborg qui aura son importance dans le scénario.
De ce côté, on est dans du pur beat'em all : il faut une fois de plus aller mettre une fessée à M. X.

Graphiquement, c'est plutôt pas mal, avec des couleurs si particulières qui marquent une fois de plus l'aspect de la série. Si c'est plus fin, c'est aussi moins recherché. Les couleurs sont justement trop criardes. Quant à la musique, elle est poussive au possible et vraiment très peu recherchée.
La faute à une adaptation européenne particulièrement catastrophique. Des sprites ont été retouchés avec pas mal de mauvais goût par exemple.

Streets Of Rage 3 bénéficie d'une localisation européenne exécrable.
Streets Of Rage 3 bénéficie d'une localisation européenne exécrable.

Par contre, la maniabilité a été revue à la hausse, avec des personnages bien plus rapides et des mouvements bien plus fluides. D'ailleurs il est possible d'utiliser la manette 6 boutons, sortie un peu plus tôt. Sans, on y arrive facilement aussi, mais il faut alors appuyer sur plusieurs boutons en même temps, pour faire un tâcle par exemple.
Autrement le super coup connaît un changement notable. Avant il vous prenait un peu de votre barre de vie. Maintenant il va falloir attendre qu'une jauge soit montée à fond pour appuyer sur le bouton A et déclencher une furie en tout sérénité. Une bonne idée qui n'est pas sans rappeler les Vs Fighting made in Capcom et SNK.

La charge a également bien évoluée. Vous pouvez monter le niveau de cette dernière. Pour ce faire, il vous suffit de charger plusieurs fois sans se faire toucher. Votre niveau augmentera, vous le verrez par l'ajout d'une étoile sous votre barre de vie.

Revenons à l'adaptation européenne, vraiment exécrable. Outre des graphismes qu'ils ont salopé, ces développeurs du dimanche ont augmenté énormément la difficulté du jeu. En mode facile, on vient à bout du jeu sans problème, mais certains passages restent impossibles à passer sans perdre de vie (le coup du buldozer par exemple). Et quand on sait que pour avoir la vraie fin il faut jouer au moins en mode normal, il y a de quoi manger son chapeau.
Parlons aussi de la censure qui n'a rien à envier à celle de Nintendo à l'époque : tout aspect un minimum sexy a été enlevé, de même qu'un personnage aux tendances homosexuelles dans le premier niveau.
Excellent !

Streets Of Rage 3

Streets Of Rage 3 n'est pas un mauvais jeu, loin s'en faut. Il poursuit bien la qualité de Street Of Rage 2. Le soucis vient plutôt d'une adaptation européenne retouchée et totalement ratée. Sans parler des 50Hz qui font ralentir le jeu de façon détestable.
On ne sait vraiment pas ce que les gens de Sega Europe avaient en tête, mais c'est totalement impardonnable.

La note : 5/6 (Excellent !)