L'agent 47 revient pour le deuxième épisode de son reboot, toujours dirigé par IO Interactive, mais cette fois sous la houlette du mastodonte Warner. Et ça tombe bien, ici, c'est du grand spectacle.

Sur les traces de l'agent 47


Deux ans après le reboot de la série, Hitman revient avec son glaçon charismatique, l'agent 47. Dans le premier épisode, on devinait quelques petites choses sur son passé. Ici, on va carrément partir sur les traces de sa mémoire effacée.

Mais finalement, ce n'est pas le scénario qui prime, comme cela a toujours été le cas dans Hitman. Non, ici, ce que l'on attend, c'est du dépaysement et de l'exotisme.

Toujours des foules au milieux desquelles se fondre dans Hitman 2.
Toujours des foules au milieux desquelles se fondre dans Hitman 2.

Et là, on est à nouveau servi.

Six mondes à traverser dans l'ombre


Tout comme le précédent épisode, Hitman 2 a été disponible peu à peu, sous forme d'épisodes. Un modèle qui n'est plus très utilisé à présent, et qui restait novateur pour un jeu de ce genre. Mais finalement, l'intérêt, c'est de se taper les niveaux à la suite, comme dans un jeu "complet".

Hitman 2, ce sont six niveaux à traverser pour atteindre vos cibles. Cette fois, il n'y en aura pas seulement une, mais plusieurs. A vous d'établir votre plan et de trouver les diversions qui vous permettront d'atteindre votre but : abattre votre cible.

Hitman 2, c'est toujours des déguisements... Certains plus inspirés que d'autres.
Hitman 2, c'est toujours des déguisements... Certains plus inspirés que d'autres.

Après tout, vous êtes un tueur. C'est d'ailleurs la seule chose que vous savez faire.

Sur un circuit à Miami, dans les rues de Bombay ou encore dans une ville typique de la bourgeoisie américaine, vous allez pouvoir vous en donner à coeur joie.

Chaque niveau se termine en une bonne heure et demie, ce qui fait une durée de vie assez limitée... Mais il y a tant de possibilités offertes dans les niveaux que l'on a régulièrement envie de recommencer.

Chaque niveau est un univer radicalement différent.
Chaque niveau est un univer radicalement différent.

L'ensemble est plutôt scripté : il faut laisser ses oreilles traîner histoire d'entendre la conversation qui va lancer le fil directeur de l'opportunité concernée.

Et contrairement à Hitman Absolution, mieux vaut faire dans le discret, car l'approche violente et frontale sera rarement à votre avantage, à part en mode facile. Mais là encore on perd quelque chose, car l'intérêt n'est pas de rentrer dans le tas mais de faire preuve de finesse.

Toujours aussi rigide


Il ne suffit que de quelques images pour immédiatement se dire "ok, je suis dans un Hitman". Je ne sais pas exactement pourquoi. Peut être parce que tout est parfaitement clinique, super propre, très détaillé mais sonne un peu faux, comme un vieux décor de cinéma.

Dépaysant.
Dépaysant.

Ce sont surtout les personnages qui font un peu décrocher : ils sont très désincarnés, si bien que l'on fini par oublier que l'on tue des gens tant ils ont l'air de poupées.

Mais c'est aussi ce qui fait le charme de la série : on doit utiliser chaque éléments à son avantage. On se déguise, on se faufile, on trouve la bonne approche, et paf ! Une cible en moins...

Les amateurs de réalisme en seront pour leurs frais, les autres y trouveront un jeu vidéo certes violent, mais parfois jubilatoire lorsque l'on arrive à ses fins.
Excellent !

Hitman 2

Hitman 2 reste un Hitman : de l'infiltration, de l'observation et de l'utilisation du décor et de ses opportunités. Aucune surprise, mais un résultat solide et bien ficelé.

La note : 5/6 (Excellent !)