Après plusieurs épisodes en 3D depuis Ocarina of Time sur Nintendo 64, Nintendo nous pond un épisode qui revient aux sources, et fleure bon la 2D finement ciselée de Zelda III A Link To The Past, sorti sur Super Nintendo.

Enfin, pas totalement en 2D, puisque ce Zelda A Link Between Worlds sur 3DS est réalisé en 3D. Toutefois, le rendu général et surtout le gameplay sont en 2D.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas la suite de Zelda III, ni même un remake. C'est un jeu à part, qui se contente de reprendre la carte de l'épisode Super Nintendo.

Zelda A Link Between Worlds sur 3DS.
Zelda A Link Between Worlds sur 3DS.

Dès les premiers pas dans le jeu, la magie opère... et on sent que quelque chose a changé. Exit l'heure à passer dans le village à faire les courses de chacun : on part directement à l'aventure, sans temps mort ! Et ce n'est pas la seule chose qui change radicalement dans le jeu, puisque l'on se retrouve rapidement à pouvoir louer la totalité des objets du jeu (ou presque). Ainsi, à vous le grappin, la baguette de feu, de glace, le boomrang, et tout ce que vous deviez laborieusement récupérer donjon par donjon !

Avec cela, c'est l'intégralité de la carte qui nous est alors ouverte d'entrée de jeu. On peut donc se taper de très belles parties d'exploration, d'autant que le level design, une fois de plus, est un petit bijou du genre. Même chose pour les donjons, que l'on peut faire grosso modo dans l'ordre que l'on veut. Cela donne à l'ensemble un côté monde ouvert et non linéaire plutôt bienvenu. Jamais on ne se perd, on sait toujours quoi faire, et on a toujours le choix. De même, le fait d'avoir presque tout dès le début de l'aventure ne nuit absolument pas à son rythme ni à son intérêt.

Les donjons en eux-mêmes sont à l'image du monde d'Hyrule : truffés de belles trouvailles, et souvent basés sur la grande nouveauté de ce Zelda A Link Between Worlds, à savoir la possibilité de se "dessiner" sur les murs. De là, il est possible de se déplacer et atteindre des endroits jusque là inaccessibles. Cette fonctionnalité atypique est parfaitement bien utilisée. Pour nous autres vieux routards des Zelda, c'est un vrai plaisir que d'ajouter cette fonctionnalité à notre panoplie.

Un souffle épique plane sur ce jeu...
Un souffle épique plane sur ce jeu...

La durée de vie est bonne, avec une vingtaine d'heures pour en voir le bout. Vous avez également largement de quoi faire pour trouver l'ensemble des quarts de cœur et les petits crustacés, dont la centaine éparpillée sur l'ensemble des deux mondes vous permettra d'améliorer vos armes.

Ah oui, parce qu'il y a deux mondes dans Zelda A Link Between Worlds ! Forcément, vu le titre du jeu... Nous avons donc Hyrule et Lorule, ce dernier étant clairement plus sombre et abîmé que son frère jumeau. L'ouverture de ce monde parallèle intervient un peu plus tard dans le jeu et relance encore l'intérêt du joueur aventurier.

Un mot sur le relief : Zelda A Link Between Worlds fait partie des rares jeux sur 3DS que j'ai fait intégralement avec la 3D activée. L'effet apporte un réel plus à l'immersion. Il faut dire que la vue du dessus se prête particulièrement bien à l'exercice.
culte, indispensable !

Zelda A Link Between Worlds en quelques mots

La claque ! Zelda A Link Between Worlds est un vrai hit. De ces jeux qui vous marquent bien comme il faut. Certes, ce n'est pas la claque d'un Zelda III, mais tout de même l'ambiance reste très proche.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)