Watch Dogs, c'est le blockbuster d'Ubisoft du milieu de l'année 2014. C'est grand, c'est beau, mais... en fait, c'est GTA non ?

J'avoue que je n'attendais vraiment pas grand chose de ce Watch Dogs. C'est donc sans grande motivation que je le glisse dans ma petite Playstation 4.

Le début du jeu est tout ce qu'il y a de classique pour un jeu vidéo : un scénario assez bateau mettant en scène un homme qui va se venger des vilains qui ont tué une petite fille alors qu'il la conduisait en voiture. Pire, on ne comprend mais pas clairement de quoi il s'agit au juste : est-ce sa fille, sa nièce ? Un mauvais point pour un scénario vraiment pas digne d'une grosse production.

Watch Dogs sur Playstation 4.
Watch Dogs sur Playstation 4.

Au sujet de ce scénario, il est d'ailleurs étonnant de voir une super-production de ce genre mettre en scène une histoire aussi puérile. Non pas qu'elle soit mauvaise, loin de là. Elle est juste digne d'une bonne vieille série B. Alors vu la super-production qu'est Watch Dogs, on se dit qu'Ubisoft ferait bien de débaucher quelques scénariste de chez Naughty Dog par exemple.

Toutefois, on découvre le hacking, qui consiste à scanner son environnement pour trouver un sacré paquet de choses à faire : pirater les comptes en banque des gens, en savoir plus sur leur personnalité et leurs déviances, faire exploser des trucs, etc.

Et c'est là tout le sel du gameplay de Watch Dogs. Tout du moins le croit-on au début. Car après une première mission qui nous met dans le bain, on se retrouve lâché dans la ville de Chicago à bord d'une voiture. Et là, c'est le choc pour moi : a partir de ce moment, je n'ai pas pu m'enlever de l'idée que je jouais à un GTA.

Le press kit de Watch Dogs.
Le press kit de Watch Dogs.

Le gameplay est le même, avec des missions de course en bagnole, des mecs à arrêter, des hordes de tueurs à flinguer à tout va et, bien entendu, finir tout ça en échappant aux flics. La différence ici ? C'est que le jeu ne vous incite pas à vendre de la drogue ou jouer les petites frappes comme dans le jeu de Rockstar. Ici, vous êtes un hacker, plus ou moins du bon côté. Des mafieux, vous allez en croiser, mais ce sont surtout vos balles qu'ils vont croiser.

Si la narration est clairement en dessous de ce que nous propose GTA, il en va de même pour le gameplay. Déjà, le monde ouvert, j'ai fini par le mettre rapidement de côté pour me concentrer sur la mission principale tant cela m'a semblé inutile. On retrouve d'ailleurs un côté Assassin's Creed avec divers éléments à débloquer sur la carte... avec beaucoup moins d'intérêt que dans la série de notre ténébreux assassin.

Bon, j'arrête là : Watch Dogs ne m'a pas plu. Le titre manque de personnalité et reprend quasi intégralement le gameplay d'une série à laquelle je n'accroche pas des masses.
moyen

Watch Dogs en quelques mots

Watch Dogs, c'est GTA chez les hackers. Moins subversif que le hit de Rockstar, le jeu d'Ubisoft fait son taf, mais sans prendre aucun risque. Il en résulte un jeu qui n'a pas vraiment d'âme, et qui ne va clairement pas plaire aux détracteurs des mondes bac à sable dont je fais partie. Si au contraire, vous êtes fan de GTA, vous pouvez tenter votre chance, sans vous transcender, cela ne devrait pas vous déplaire.

La note : 3/6 (moyen)