The Order: 1886 est la grosse sortie AAA du début de l'année 2015. Les attentes étaient forcément très élevées, à la hauteur des promesses faites à la presse depuis quelques mois... Seulement voilà, le résultat est techniquement très bon, mais c'est finalement presque tout.

Ready At Dawn, le studio derrière le développement de The Order: 1886, est surtout connu pour ses adaptations de licences existantes (Okami sur Wii ou encore les God of War sur PSP). De belles références, mais peut être pas de quoi faire des jeux totalement inoubliables.

Et c'est en gros ce que l'on peut reprocher à The Order: 1886. Déjà, le scénario en fait des tonnes : un Londres de la fin du XIX rétro-futuriste limite steam punk, et un combat entre les chevaliers de la table ronde et les loups garous, avec une dose de vampirisme en prime. Cela peut marcher, mais finalement, dans le feu de l'action, on n'accroche pas, la faute à trop de données et d'un storytelling qui ne sait pas prendre le joueur par les tripes. Du coup, on suit l'histoire de notre héros dans une aventure classique avec ses twists classiques... pour finalement suivre tout ça sans rien ressentir.

The Order: 1886 sur Playstation 4.
The Order: 1886 sur Playstation 4.

Le gameplay ne se mouille pas non plus, avec un système de cover tiré de Gears of War et une difficulté le mettant au niveau du plus grand nombre. Ce n'est pas révolutionnaire, mais ça marche. Les armes sont originales, créés par un Nicolas Tesla qui fait grandement penser à Q dans James Bond. Certaines armes sont vraiment cool, d'autres beaucoup plus anecdotiques.

Ce qui marque le plus dans The Order: 1886 c'est la réalisation. On nous le rabâche sans arrêt. Oui, The Order: 1886 est beau, très beau même. Techniquement, il est même superbe, on a rarement vu ça sur consoles de salon (à part peut-être Ryse sur Xbox One). Seulement voilà, la direction artistique n'est pas non plus terrible. Oui, c'est joli, mais dans mon souvenir, c'est un peu la même impression que dans Thief : c'est sombre, avec un filtre marron / gris plutôt désagréable. Bref, c'est techniquement au point, mais la direction artistique est bien trop prude pour faire en sorte que le jeu laisse une trace dans notre esprit.

Ce qui m'a finalement le plus gêné, c'est le manque d'interractions. Dans un The Last of Us, je prenais plaisir à rechercher tout un tas de choses, de découvrir cet univers si dense. The Order: 1886 m'a forcé à avancer en ligne droite : les décors, aussi beaux soient-ils, sont très rigides, de même que le personnage.

Un dernier mot sur la durée de vie, pas si minable qu'on a bien voulu le faire croire : j'ai mis environ huit heures pour en voir le bout. Pour un jeu du genre, c'est tout à fait honorable.
moyen

The Order: 1886 en quelques mots

The Order: 1886 est une belle déception. Loin d'être mauvais, ce n'est pas la bombe tant clamée par Sony. C'est beau, oui, mais cela n'en fait pas non plus un jeu d'exception.

La note : 3/6 (moyen)