Nous sommes le quinze décembre 2006 et il est onze heures. Depuis trente minutes déjà, un jeune homme de 21 ans arpente les rues de Nantes au pas de course, s’arrêtant dans toutes les boutiques de jeux vidéo et posant inlassablement la même question. A cette question, la réponse est toujours la même : « Nous n’en avons plus en stock ». Mais le jeune homme ne perd pas courage. Dans un dernier soubresaut, il pénètre dans la FNAC où il ne met d’habitude jamais les pieds. Et là, miracle : perdu au milieu des quelques jeux Gamecube restant en vente, son Graal apparait enveloppé d’une lumière resplendissante. Ce Graal , c’est The Legend of Zelda : Twilight Princess.

C’est donc plus de trois ans après The Windwaker que Link reprend enfin du service, pour le plus grand plaisir des fans de la saga. Vivant dans le village de Toal, un havre de paix situé au sud du royaume d’Hyrule, le jeune homme va un beau jour se retrouver aux prises avec des monstres chevauchant d’horribles sangliers. Tentant de poursuivre ces sagouins, Link ne tarde pas à se retrouver devant un mur opaque des plus inquiétants. Avant qu’il ne puisse esquisser le moindre mouvement, une main géante surgit et le propulse dans ce monde de ténèbres, point de départ d’une fantastique aventure.

Fantastique tout d’abord par ce scénario diablement bien ficelé et riche en rebondissements, que je ne vous dévoilerai pas par respect pour les créateurs du jeu. Fantastique également pour cet univers d’une richesse incomparable, savant mélange de toutes les œuvres culturelles majeures. Comment ne pas penser au Seigneur des Anneaux lorsque l’on arpente les plaines d’Hyrule sur le dos d’Epona, en combattant des monstres montés sur des sangliers géants ? Comment ne pas penser à Okami lorsque notre héros se transforme en loup ? Au début limitée à certains passages clés de l’histoire, cette transformation deviendra ensuite la pierre angulaire de votre aventure, puisque visiter le royaume de l’ombre pour trouver certains objets ou personnages cachés ne sera faisable que sous cette forme.

The Legend Of Zelda - Twilight Princess sur GameCube.
The Legend Of Zelda - Twilight Princess sur GameCube.

Plus qu’un gadget, ces phases spéciales permettent de changer radicalement la manière de jouer en octroyant au joueur des contrôles totalement différents de ceux présents habituellement. En temps normal, la maniabilité reste très proche de celle utilisée dans Ocarina of Time et Windwaker. Vous serez ainsi libre d’assigner différents objets de votre inventaire aux touches X et Y, tandis que la touche B sera dévolue aux attaques classiques. Pour les actions contextuelles, vous devrez avoir recours à la touche A. Enfin, le stick C (réservé à l’utilisation d’items sur N64) vous permettra de modifier l’angle de vue. Cette jouabilité déjà éprouvée s’avèrera parfaitement adaptée durant les combats, avec une touche de lock facilitant grandement vos déplacements. Au fil des heures de jeu, vous aurez l’occasion de rencontrer un étrange maitre d’armes qui vous enseignera de nombreuses techniques d’une grande puissance, utilisables en combinant diverses touches. Vous deviendrez ainsi de plus en plus puissant à mesure que le gameplay gagnera en richesse…

Depuis Ocarina of Time, le son a toujours eu une importance capitale dans la progression. Ici, Link troque son ocarina contre des herbes qu’il pourra utiliser pour siffler différents airs, et ainsi déclencher des événements comme appeler Epona ou un faucon. Sous sa forme canine, l’utilisation de ces herbes laissera la place à un hurlement poignant d’émotion qui sera nécessaire pour faire apparaitre le maitre d’armes susnommé…

L’émotion, un mot auquel ce nouveau Zelda donne un tout nouveau sens. Comment ne pas tomber béat d’admiration devant l’immensité des plaines d’Hyrule, la finesse des décors, les somptueux effets visuels qui vous en mettront constamment plein la vue… On serait presque tenté de dire que les développeurs en ont trop fait si le résultat n’était pas aussi magnifique, féérique. L’univers de ce Twilight Princess reprend les grandes thématiques présentes dans Ocarina of Time, tout en les sublimant grâce à la technologie 128 bits. Les donjons n’en seront que plus grandioses, et le charisme des différents protagonistes s’en trouvera exacerbé. Dans ces conditions, difficile de se résoudre à quitter ce monde merveilleux une l’aventure terminée. Que les plus pessimistes se rassurent : à la quête principale déjà gigantesque, se grefferont une pléthore de quêtes annexes venant porter la durée de vie du soft vers des sommets rarement atteints auparavant. Le déroulement de l’histoire ainsi que l’alternance des différentes phases de jeu vous feront entrer dans une autre dimension, où les heures se transformeront en minutes et les minutes en secondes.


Encore une aventure passionnante.
Encore une aventure passionnante.

culte, indispensable !

The Legend of Zelda - Twilight Princess en quelques mots

Comment passer à côté d’un tel chef d’œuvre ? Ce nouveau chapitre des aventures de Link résonne comme un magistral pied de nez envers tous les détracteurs de la Gamecube, qui se sont acharnés des années durant sur cette fantastique console. En offrant un tel baroude d’honneur à sa machine, Nintendo lui a donné ce que la Playstation 2 n’aura jamais : une âme. Entrez dans la peau de Link et embarquez-vous dans cette noble quête pleine de poésie visant à sauver Hyrule une toute dernière fois sur le cube violet.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)