CyberConnect2 est surtout connu pour ses adaptations des séries Naruto et .hack ; ici pourtant, ils nous livrent un petit RPG sans prétention mais bigrement agréable à parcourir.

Les plus anciens se rappelleront par contre un autre jeu, sorti sur Playstation : Tail Concerto. Solatorobo : Red the Hunter en est la suite spirituelle.

On retrouve donc l'ambiance très gentillette et les personnages d'animaux qui ne sont pas sans rappeler le Scherlock Holmes de Hayao Miyazaki.

SolatoRobo : Red the Hunter sur DS.
SolatoRobo : Red the Hunter sur DS.

Nom d'un chien !


Ce genre d'onomatopées, vous allez en bouffer durant l'aventure, puisque le jeu se passe sur des planètes dont les personnages parlent français, y compris dans la version japonaise originale. Il est d'ailleurs particulièrement marrant de les entendre, puisque les voix sont clairement enregistrées par des japonais... d'où un accent bien particulier.

Le scénario est somme toute classique, mais Solatorobo constitue sans conteste un tout qu'il ne faut pas trop éparpiller. Ainsi, le scénar évolue assez lentement, mais le gameplay vous évitera de trouver le temps long. Le principe des combats est aussi simple qu'original : comme vous pilotez un mecha, vous pouvez soulever de lourdes charges. Alors quoi de mieux que de porter vos adversaires pour les balancer dans le décor ? Le gameplay se base donc sur une dose de dextérité soulignée par un matraquage régulier du bouton A.

En revanche, que ceux qui n'aiment pas les RPG bavards passent leur chemin, la cartouche qui nous intéresse ici étant très très prolixes en petites phrases. De mon côté, je trouve que cela contribue au charme de l'ensemble.

C'est joli, malgré une 3D parfois grossière.
C'est joli, malgré une 3D parfois grossière.

Sapristi


Globalement, la difficulté est très basse, ce qui correspond finalement assez bien au jeu. Clairement orienté grand public, Solatorobo propose une expérience narrative plutôt qu'un jeu au challenge à relever. Le leveling se fait très naturellement, et il n'est nullement besoin de tourner en rond pour faire monter ses niveaux - et accessoirement rallonger de façon totalement factice la durée de vie du titre.

Malgré cela, la durée de vie reste très bonne, avec une vingtaine d'heures pour en voir le bout en faisant la plupart des quêtes annexes qui, pour une fois, sont agréables à faire.
Chose assez étonnante, le jeu est divisé en deux parties distinctes : alors que l'on croit avoir terminé le jeu, on se retrouve finalement à la moitié de l'aventure ! Une bonne surprise pour un découpage atypique.
Excellent !

Solatorobo : Red the Hunter en quelques mots

Solatorobo : Red the Hunter est une excellente surprise. Assez classique dans son déroulement et très bavard, il constitue une excellente petite cartouche pour se faire un jeu de rôle sans se prendre la tête.

La note : 5/6 (Excellent !)