En attendant un Resident Evil 6 qui va diviser les foules, Capcom nous pond un Resident Evil - Operation Raccoon City qui cette fois, mettra tout le monde d'accord quant à sa médiocrité.

Pourtant, l'idée est à la base plutôt sympathique : revivre les événements des deuxième et troisième épisodes, mais cette fois du point de vue de l'ennemi. Eh oui, vous allez incarner des employés d'Umbrella !

La totalité du gameplay de Resident Evil - Operation Raccoon City se base sur le jeu en équipe. Même seul, vous allez faire partie d'une escouade de quatre mercenaires (parmi six au total). A vous de choisir les profils qui seront les plus complémentaires. Chacun a des compétences spéciales, mais également d'autres qui seront activables en début de mission. Cela pourra s'avérer très important pour chacune des sept missions que compte le jeu.

Resident Evil - Operation Raccoon City sus Xbox 360.
Resident Evil - Operation Raccoon City sus Xbox 360.

Et ces choix, il va falloir les peaufiner, car dès que l'on meurt, on recommence le niveau au début ! Il faut dire que vu la durée de vie minimale du titre, les développeurs ont finalement bien fait d'ajouter un dose de difficulté supplémentaire... Si tant est qu'une fois le game over affiché on ait envie de recommencer la mission...

Car il faut avouer que les mécaniques de jeu son usées jusqu'à la corde : on avance, on tire, on se cache, et on recommence. Dans beaucoup trop de passages, on aurait presque l'impression d'être dans un reil shooter et non dans un TPS classique.

C'est très convenu, et les différents clins d'oeil et autres éléments de fan service ne suffisent pas à donner envie d'aller plus loin. Le pire, c'est que les adversaires encaissent beaucoup de balles avant de tomber, ce qui plombe en plus le rythme de jeu et trahi un manque flagrant d'équilibrage dans le titre.
à peine moyen

Resident Evil - Operation Raccoon City en quelques mots

Resident Evil - Operation Raccoon City ne va pas réussir à redorer le blason des épisodes multijoueurs de la série. Ce n'est pas non plus une sombre merde, mais il s'en rapproche dangereusement.

La note : 2/6 (à peine moyen)