La sortie d'un jeu Remedy, c'est toujours un événement plutôt attendu. En gros, on attend la claque envoyée par Max Payne.

On attend le retour du messie...


Remdy, c'est d'abord la grosse baffe Max Payne : un héros parfaitement caractérisé, une ambiance sombre et désabusée, et un bullet time parfaitement jubilatoire.

Depuis, Remedy accumule généralement les retards dans ses productions pour nous proposer des jeux généralement sympathiques, mais qui n'atteignent jamais le sommet du premier opus de Max Payne.

Quantum Break sur Xbox One.
Quantum Break sur Xbox One.

Une narration toujours aussi bien travaillée


Quantum Break, c'est la même chose : c'est agréable, mais ce n'est pas la révolution que certains pouvaient attendre. Attention toutefois, il reste un bon jeu.

Remedy garde son savoir-faire en termes de narration, avec cette petite touche d'originalité qui fait que l'on se prend au jeu sans problème. Avec Quantum Break, la narration fait une fois de plus montre d'originalité en proposant une vraie série qui vient s'intercaler entre les cinq chapitres du jeu.

C'est assez étonnant, et au départ, j'avoue que je trouvais cela parfaitement inutile... J'avais grand tord.

Déjà, le jeu en lui-même introduit bon nombre d'acteurs connus, modélisés aux petits oignons pour qu'on les reconnaisse bien. Les doubleurs français permettent une immersion de qualité.

Et finalement, cette série permet d'insister sur ce qu'il se passe dans le jeu lorsque notre héros n'est pas à l'écran. Cela donne à l'ensemble une profondeur énorme qui renforce vraiment l'histoire.

Du coup, cette série n'est pas inutile, elle est au contraire indispensable !

Quantum Break : un gameplay efficace


Ce qui marque généralement chez Remedy, outre la qualité narrative de leurs jeux, c'est ce petit élément de gameplay initié avec chaque jeu qui permet de sortir de la masse des autres jeux.

Cette fois, c'est le temps qui va être tordu dans tous les sens. Notre personnage va donc régulièrement se voir doté de nouveaux pouvoirs lui permettent de jouer avec le temps, ce qui donne une nouvelle fois un gameplay particulièrement fun et dynamique.

Après, Quantum Break est plutôt focalisé sur son scénario, les phases d'action ne sont donc pas d'un très grand challenge, ce qui pourra frustrer les plus hardcore. Mais bon, vous pouvez aussi modifier le niveau de difficulté hein.

Quantum Break, un jeu popcorn ?


En fait, c'est un peu ça oui. Le scénario est intéressant, les personnages parfaitement bien caractérisés et l'histoire se déroule bien, on suit avec plaisir les aventures de notre héros qui se bat contre le temps.

Le soucis, c'est qu'à trop se la jouer série, Quantum Break souffre du même syndrome : vite fait, vite oublié. Le jeu n'arrive pas à me marquer de façon durable. C'est très agréable, mais ce n'est malheureusement pas une claque inoubliable.

A noter, pour l'avenir, que la série n'est pas disponible sur la galette du jeu, mais à télécharger (75 Go !) ou à regarder en streaming... Ce qu'il va se passer une fois les serveurs de streaming coupés, c'est une autre histoire.

A noter également le filtre cinéma, qui ajoute pas mal de grain sur l'image... un peu trop à mon goût.
bon petit jeu

Quantum Break en quelques mots

Quantum Break n'est pas le jeu de l'année, mais il constitue un loisir à l'image d'une série américain actuelle : c'est efficace, bien foutu, parfois imaginatif même. Mais il ne reste malheureusement pas forcément longtemps dans la tête par la suite.

La note : 4/6 (bon petit jeu)