Comme son nom l'indique, Orcs & Elves est un bon gros jeu d'heroic fantasy. Mieux que ça, il s'adresse à tous les nostalgique de l'époque Dungeon Master.

La DS accueille un sacré paquet de RPG, mais des RPG à l'américaine, pratiquement aucun. Souvenez-vous de Dugeon Master, Wizadry et autres Might & Magic (sans le "Heroes"). Ah, et Land of Lore, Eye of The Beholder et consorts ! Fort de ces souvenirs, vous allez pouvoir vous plonger dans Orcs & Eleves sans mauvaise surprise. Si au contraire les titres ci-dessus ne vous disent rien, il est fort probable que ce jeu sur DS ne vous paraisse beaucoup trop rétrograde.
A noter que le jeu est sorti à l'origine sur téléphone portable.

Bien entendu, ce titre ne peut absolument pas rivaliser avec les chefs d'oeuvre de Westwood - entre autre. Il n'en reste pas moins un bon vieux jeu de porte / monstre / trésor. Le tout est très classique, en dehors d'un sceptre qui vous parle. Vous évoluez en vue subjective et vous déplacez au case par case. Un comble pour un jeu développé par ID Software, les précurseurs des FPS ! Et ce n'est absolument pas anodin : contrairement aux apparences, Orcs & Elves se joue au tour par tour. Lors d'un combat contre un adversaire, le tour n'est déclenché que lorsque vous effectuez une action : attaquer, utiliser la magie, utiliser un objet de votre inventaire, etc.

Orcs & Elves sur DS rappelle la grande époque des RPG sur micro.
Orcs & Elves sur DS rappelle la grande époque des RPG sur micro.

D'ailleurs cet inventaire est assez original. Sur l'écran du bas de la DS, on peut appuyer sur une épée pour choisir son arme - et également la magie, puisque c'est le sceptre qui vous permet de l'utiliser -, une bague pour les équipements secondaires, un sac pour les options et la sauvegarde, une carte extrêmement pratique, une fiole et enfin une choppe pour pouvoir picoler un peu d'alcool fait par les nains.

On peut faire du leveling, mais ce dernier est très limité puisque les monstres ne respawnent pas.
Les niveaux se déroulent entièrement en intérieur, ce qui est assez dommage. Le scénario est d'ailleurs là pour le souligner : il faut traverser une montagne afin de retrouver le Roi. C'est très limité, et ce n'est jamais ça qui fait avancer. L'humour est assez présent, mais bien trop coincé pour prendre.
Non, ce qui fait avancer, c'est ce charme désuet qui nous accompagne tout au long de l'aventure, un peu comme si on retrouvait un vieux pote. Ce n'est certes pas du niveau des grands RPG de l'époque, mais ça envoie tout de même une sacrée bouffée de nostalgie.

La difficulté est assez basse, à part un dernier boss très chiant et pas fun pour un sous. La durée de vie est courte.
Comme dans la plupart des jeux du genre, il est possible de sauvegarder à tout moment, ce qui se prête particulièrement bien au jeu nomade.


Une représentation graphique qui nous empli de nostalgie.
Une représentation graphique qui nous empli de nostalgie.

moyen

Orc & Elves en quelques mots

Orcs & Elves n'est clairement pas une révolution. Il vaut mieux le voir comme un hommage à un genre qui n'existe plus actuellement. Amateurs de vieux RPG à la sauce micro, vous savez ce qu'il vous reste à faire !

La note : 3/6 (moyen)