Les gars de Shin’en reviennent pour nous proposer une suite au premier volet de Nanostray (après la série Iridion sur Game Boy Advance), toujours sur Nintendo DS.

La recette reste la même : un joli shoot'em up aux relents plutôt classiques, mais très bien réalisé et plutôt fun à jouer.
Nanostray 2 pioche donc allègrement dans ce qui se fait de mieux dans le genre pour rappeler au joueur un sacré paquet de shoots mythiques. On peut ainsi noter, en vrac, les lasers qui tournent et rappellent un boss de Radiant Silvergun, certains passages de Thunerforce ou encore Gradius.

On peut également mentionner Salamander puisque les niveaux alternent entre les phases horizontales et verticales. Cette fois par contre, vous avez une relative liberté dans le choix des niveaux. Sur les huit que compte le jeu, seul le premier et le dernier sont imposés, les autres sont choisissables par groupe de trois... Eh oui, c'est repris à Thunderforce IV ça.

Nanostray 2 sur DS, un bel hommage au genre.
Nanostray 2 sur DS, un bel hommage au genre.

Au début de chaque niveau, vous pouvez choisir votre arme secondaire - vous en débloquerez de nouvelles au gré de votre progression - ainsi que la vitesse de votre vaisseau. On se demande d'ailleurs bien pourquoi il n'est pas possible de la gérer durant le jeu en lui-même... Une belle absurdité. Du coup, évitez au maximum la vitesse de niveau trois, grisante mais très imprécise.

Et justement, même en vitesse plus basse, votre vaisseau reste nerveux. Quand on sait que le moindre contact avec le décor vous fait perdre une vie, on se dit que le jeu est plutôt corsé, d'autant qu'il joue régulièrement avec les éléments des niveaux pour tenter de vous faire mordre la poussière. Avec un peu d'entrainement, on progresse très bien et, si le niveau de difficulté a été quelque peu relevé par rapport au premier Nanostray, ce nouvel épisode reste accessible, d'autant que la difficulté est réglable dans les options.

Le gamplay n'a pas vraiment changé. Il est toujours possible d'utiliser l'écran tactile, mais personne ne s'en sert tant c'est imprécis.
Votre arme secondaire se charge lorsque vous faites des chaines d'ennemis et récupérez la petite pastille bleue. Elle fait donc office de smart bomb, en plus précis.
Votre tir principal se voit épaulé par jusqu'à deux petits modules que vous pouvez orienter grâce aux gâchettes de la DS. Cela permet de tirer dans tous les coins, et vous en aurez besoin, le scrolling changeant régulièrement de direction.

Pour ceux qui auront fini le jeu et qui en redemandent, les gars de Shin’en ont inclus à nouveau le système d'objectifs : faire un certain nombre de points en un minimum de temps, etc. Ces challenges sont extrêmement relevés et vous donneront un bon morceau de fil à retordre.
Pour ceux qui jouent plus au score, sachez que vous pourrez recommencer les niveaux déjà terminés à loisir, le jeu enregistrant le meilleur score niveau par niveau.
bon petit jeu

Nanostray 2 en quelques mots

Nanostray 2 est sans surprises. Fourmillant de clins d'oeil au mastodontes du genre, il ne fait que piocher ça et là ses idées pour finalement ne pas vraiment avoir d'identité propre. Il n'en reste pas moins un bon shoot, et on aurait tord de le bouder tant ce genre se faire rare dans nos contrées.

La note : 4/6 (bon petit jeu)