Les connaisseurs s’en doutent, Miskatonic Lycée de Jeunes Filles vous plonge au coeur du mythe de Cthulhu. Mais un Cthulhu plutôt détendu, ce jeu de société se basant essentiellement sur la chance et l’humour.

Faire la sortie de l’école


Rien ne va plus au lycée de jeunes filles Miskatonic ! En même temps, avec un nom pareil, il était prévisible que l’établissement se fasse investir par des monstres sortis du tréfond des ténèbres non ?

Du coup, l’ensemble du corps enseignant du lycée est composé uniquement de bonnes vieilles abominations. Les filles, il faut se ressaisir et tenter de vaincre ces immondices !

Chaque joueur joue donc un groupe d’étudiantes qui va devoir faire face à des professeurs pas vraiment bien intentionnés à leur égard. Et pas seulement, puisque vous devrez également faire face à vos adversaires, qui eux aussi risquent de bien vous pourrir la vie. De l'entraide ? Et puis quoi encore ?

Comment ça marche ?


Miskatonic Lycée de Jeunes Filles est un jeu qui se joue de 2 à 4 joueurs. Il fonctionne plutôt bien dans chacune des configurations, bien qu’il soit encore plus chaotique lorsque l’on est quatre autour de la table.

Le plateau de jeu.
Le plateau de jeu.

On commence par distribuer à chaque joueur son deck de base, tous identiques. Premier petit soucis : les cartes des élèves du deck de base se différencient assez peu de celles de la pioche générale… Seul un fond vaguement bleu les différencie, et la règle n’est pas très claire là dessus. Une fois ce point éclairci, on continue sans problème.

Ensuite, chaque joueur dispose de son propre terrain de jeu avec ses achats, sa pioche, son cours de classe, sa défausse et son casier.

A son tour, le joueur effectue les actions suivantes :
- Faire sa main, avec 5 cartes issues de ses achats (effectués au tour précédent) et de sa pioche personnelle.
- Mettre à jour la banque : trois cartes élève et trois cartes professeur sont posées face visible à partir de la pioche générale.
- Acheter une élève parmi les trois de la banque grâce aux points d’amitié des cinq cartes qu’il a en main, et la mettre dans sa pile d’achats.
- Acheter une carte professeur parmi les trois de la banque grâce aux points de terreur des cinq cartes qu’il a en main, et la mettre dans la pile d’achat du joueur de gauche (de quoi mettre de l’ambiance quoi).
- Effectuer la phase d’intercours, certaines cartes pouvant s’activer à ce moment là (le plus souvent pour pourrir les adversaires).
- Défausser ensuite toutes les élèves de sa main, puis placer les professeurs de sa main sur la partie “cours de classe” de son terrain de jeu.
- Tirer une carte de sa pioche par prof en cours, puis vérifier que l’on puisse les battre ou se défendre grâce aux valeurs des cartes (chacune ayant des valeurs d’attaque et de défense).
- Ajuster ses points en fonction.
Il y a bien entendu quelques finesses, notamment dans le cas où on ne peut pas acheter de carte (prof ou élève). De plus, chaque carte dispose de capacités spéciales que l’on peut activer selon certaines règles, ce qui vient pimenter le tout et apporter encore un peu plus de chaos et de variété.

Miskatonic Lycée de Jeunes Filles : au bord de la folie


Lovecraft oblige, vous ne disposez pas de points de vie mais de santé mentale. Le mode de jeu s’architecture autour d’un pseudo deck building. Je dis pseudo car, finalement, vous vous ajouterez régulièrement des cartes à votre deck, mais vous aurez très rarement l’occasion d’en défausser.

Au gré du jeu, on se retrouve donc avec un bon paquet de cartes, le hasard devenant de plus en plus présent au gré de la partie.

Un accueil mitigé


Miskatonic Lycée de Jeunes Filles a fait l’objet d’un kickstarer en 2011. Il a ramassé 63 763 $ sur les 11 500 $ qu’il demandait. Un départ en trombe assez vite retombé, le jeu étant, à juste titre, jugé trop simple.

En gros, c’est fun, la mécanique marche bien et est très vite assimilée. Le soucis, c’est que l’on a parfois l’impression d’être en mode pilote automatique, le jeu ne vous laissant que très peu de choix. Il faut donc le voir plus comme un jeu d’ambiance que comme un jeu de deck building ou encore de stratégie.

Une fois que l’on s’est fait à cette idée, l’ensemble fonctionne plutôt bien, les superbes illustrations aidant énormément à l’immersion.

Du coup, le jeu devait accueillir quelques extensions, mais il n’en sera rien vu les critiques régulièrement calamiteuses qu’il s’est traîné depuis. Les ventes n’ayant pas été aussi bonnes que prévu, il n’y aura pas eu de suite à l’aventure Miksatonic Lycée de Jeunes Filles.

C’est peut être là son principal soucis : proposer un jeu familial sur un thème de core gamers.


Miskatonic Lycée de Jeunes Filles, un jeu pour 2-4 joueurs de Luke Peterschmidt, illustré par Betsy Peterschmidt, édité par Edge pour des parties d'environ 1h-2h.
Age conseillé : 12+.
moyen

Miskatonic Lycée de Jeunes Filles en quelques mots

Miskatonic Lycée de Jeunes Filles souffre d’une mauvaise réputation… Certes, le jeu est très dirigiste, mais il reste très fun à jouer, pour qui n’a pas peur du hasard.

La note : 3/6 (moyen)