Tiens, un rogue like ! Tant mieux, je déteste ce style.

Je n'aime pas les rogue like


Dernièrement, j'ai l'impression que le jeu vidéo indépendant ne sait plus faire que ça : des rogue like. Une panne d'inspiration qui a largement pourri le monde des smartphones pour venir dégueulasser nos chères consoles.

Le rogue like, c'est un principe de feignant consistant à emmener le joueur dans des niveaux générés aléatoirement que l'on va devoir enchaîner par centaines histoire de récupérer des objets (du loot) pour pouvoir augmenter ses pouvoirs et continuer d'enchaîner les niveaux. Bref, on tourne en rond.

Je n'aime pas les niveaux générés aléatoirement, mais ici, c'est vraiment bien foutu.
Je n'aime pas les niveaux générés aléatoirement, mais ici, c'est vraiment bien foutu.

Pourquoi je déteste le rogue like ? Parce que j'adore le level design. Alors forcément, quand ce dernier est généré aléatoirement, c'est un peu comme faire de l'impressionnisme avec un pistolet à peinture industriel.

Un bon rogue like, c'est possible ?


Dans Flinthook, vous incarnez un pirate de l'espace qui va passer son temps à dérober des trésors sur divers vaisseaux. Il faut bien justifier le fait que l'on va enchaîner les niveaux sans arrêt, non ?

Sauf que là, force est de constater que ça marche.

Du pixel art finement ciselé.
Du pixel art finement ciselé.

La star du jeu, c'est le grappin. Ce dernier vous permet de crapahuter un peu partout dans les différentes salles et vous aider à venir à bout des différents adversaires.

La difficulté monte vite, cela devient rapidement trop dur pour moi. Sauf que je ne peux pas m'en prendre au jeu, mais juste à moi-même tant le tout est parfaitement calibré. Quand la difficulté monte de cette façon, seuls les très bons jeux peuvent s'en sortir, ce qui est le cas ici.

Du retrogaming moderne


Graphiquement, Flinthook propose une réalisation rétro-moderne faite de pixels qui n'auraient jamais pu tourner sur une console 16 bits.

Les améliorations disponibles.
Les améliorations disponibles.

Le résultat correspond toutefois à ce que l'on pourrait se faire de nos vieux souvenirs, et ici encore, cela fonctionne merveilleusement bien.

Il en va de même pour la musique, entraînante à souhait et qui sait dynamiser l'action comme il faut.

Bon, ça reste du rogue like


La difficulté monde assez vite et, finalement, je n'aime pas pas enchaîner les niveaux en faisant tout le temps la même chose pour faire du loot et faire monter mes capacités. C'est plus fort que moi : je me lasse.

Mais le fait est que cette recette qui me fait habituellement totalement gerber fonctionne à merveille avec Flinthook. Pourquoi ?

Tout simplement parce qu'il est parfaitement calibré, ne propose pas d'erreurs grossières de conception et que ses niveaux générés aléatoirement n'ont quasiment jamais de problèmes.
bon petit jeu

Flinthook en quelques mots

J'avoue avoir été très agréablement surpris par Flinthook. Comme quoi, les bons rogue like, ça existe.

La note : 4/6 (bon petit jeu)