Après Escape The Curse of the Temple et ses quelques extensions, place à un nouvel épisode qui change radicalement d’univers. Eh oui, forcément, puisque ça s’appelle Escape Zombie City.

Fini les temples et les aventuriers, place aux zombies !


Mais pourquoi un jeu de zombies ? On ne sait pas exactement. Toutefois, quelques pistes se présentent à nous. Deux principalement.

La première, c’est que les jeux de zombie, ça marche bien en termes de chiffres de vente. Le succès de Zombicide et compagnie n’y est certainement pas étranger. La seconde, c’est qu’à peu près en même temps est sorti Zombie 15”, qui propose à des joueurs de lancer plein de dés pour échapper aux zombies, le tout pendant 15 minutes. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?

Dans tous les cas, les deux jeux sont assez différents. Escape Zombie City propose un jeu au matériel plus simple - les monstres sont de simples bouts de carton plantés dans des socles en plastique - mais également plus abordable financièrement parlant.

Et les zombies, ça change quoi dans Escape ?


Escape Zombie City ne se démarque pas énormément du premier Escape, mais fourmille de petits changements et ajustements qui lui permettent de bien mieux coller à son thème.

Le plateau à la fin d'une partie.
Le plateau à la fin d'une partie.

Il est toujours question de lancer tout un tas de dés - chaque joueur en a cinq - en même temps et en mode coopératif afin d’aligner les bons résultats qui permettront de piocher de nouvelles tuiles jusqu’à tomber sur la tuile de sortie. A ce moment, et si on a récupéré cinq objets différents disponibles seulement sur certaines tuiles, les joueurs doivent revenir sur la tuile centrale pour passer à la dernière phase du jeu.

Les pions des joueurs sont alors remplacés par un bon gros van en bois et il s’agira de jeter les dés afin de s’échapper vers la tuile de sortie, tout en combattant ensemble les quelques zombies qui s’interposent sur le chemin.

Dorénavant, à chaque fois que l’on pioche une tuile, on doit maintenant piocher une carte, qui active un événement qui est souvent négatif, voir très négatif. Cela passe notamment par l’apparition de zombies sur le terrain, ce qui vient apporter un côté encore plus chaotique à l’ensemble… Et du coup c’est encore plus stressant !

Les autres règles sont toujours là : lancer ses dés, avoir des dés bloqués en fonction des résultats, etc.

Alors, aventuriers ou zombies ?


Il va falloir choisir votre camp. Personnellement, j’adore les zombies… depuis tout petit. Le monde mis en place par Escape Zombie City me plais beaucoup plus que celui du Zombie originel, que je trouve plus conventionnel dans son visuel. Mais c’est juste mon point de vie, car les deux jeux se valent en terme d’intérêt.

Zoom sur le plateau.
Zoom sur le plateau.

Au niveau des mécaniques, une fois de plus, Zombie City apporte un peu plus de choses, avec déjà un temps de jeu qui passe de 10 à 15 minutes, qui me semble être une durée beaucoup plus équilibrée. C’est court, mais on a le temps d’en profiter. Et comme on a ajouté une seconde phase de jeu, ce n’est pas forcément plus facile !

Enfin, Zombie City apporte également cinq decks de cartes différents, qui correspondent à autant de niveaux de difficulté. Cela permet de mettre le jeu entre toutes les mains et de l’adapter aux débutants.

Toutefois, cette nouvelle occurrence de la série ne convertira pas ses détracteurs. On reste dans un jeu fun et rapide, et absolument pas tactique et où le hasard est particulièrement présent.


Le van, prêt à démarrer !
Le van, prêt à démarrer !


Les dés.
Les dés.



Escape Zombie City, un jeu pour 2-4 joueurs de Kristian Amundsen Østby, illustré par Marko Fiedler, édité par Queen Games pour des parties d'environ 15min.
Age conseillé : 10+.
bon petit jeu

Escape Zombie City en quelques mots

Escape Zombie City reprend les mécaniques de son grand frère tout en lui collant le thème des zombies. Le temps de jeu est plus équilibré, et les différents niveaux de difficulté donnent encore plus envie de recommencer les parties. Bref, c’est vraiment du tout bon !

La note : 4/6 (bon petit jeu)