Après un deuxième épisode n'ayant pas fait l'unanimité, Dragon Age revient avec Dragon Age Inquisition.

Dragon Age Inquisition reprend le meilleur des deux premiers épisodes. Au premier, il reprend la dimension épique. Eh oui, vous allez une fois de plus devoir sauver le monde... Au deuxième épisode, il reprend la dimension politique. Vous allez devoir rallier de nombreux camps à votre cause, et forcément, beaucoup sont antinomiques. A vous les choix cornéliens !

La progression est simple, et assez libre. Tout se fait sur votre carte du monde, au sein de votre état major. De là, vous utiliserez vos ressources afin d'atteindre des objectifs qui se réalisent en temps réel. De votre côté, vous explorerez diverses zones afin d'atteindre divers objectifs - le choix est large !

Dragon Age Inquisition sur Playstation 4.
Dragon Age Inquisition sur Playstation 4.

Ces zones sont totalement ouvertes, et souvent de très bonne taille. Le fait qu'elles soient découpées entre elles évite le syndrome Skyrim où l'immensité des choses à faire pourrait être déroutante, voir décourageante. De plus, cela permet de visiter des contrées aux ambiances radicalement différentes, brisant une fois de plus la monotonie qui pourrait s'installer.

On se prend à méthodiquement faire le tour des quêtes, le jeu sachant parfaitement mélanger la quête principale aux nombreuses missions annexes.

Le côté RPG n'est pas en reste, avec un leveling discret mais plaisant et, surtout, un crafting de tous les instants qui va vous faire sacrément vous balader afin de booster vos capacités et équipements.
Côté baston, c'est classique, et cela se rapproche finalement parfois du beat'em all. Toutefois, vous pourrez, avant chaque combat, faire une pause et définir une stratégie d'attaque, en définissant, personnage par personnage, les choses a effectuer au sein de votre équipe.

Bioware oblige, les discussions sont également très nombreuses. Le monde mis en place est d'une profondeur incroyable, il y a des milliers de pages à lire ça et là. La romance est forcément également présente : homme, femme, homosexualité ou non, tout est possible, mais pas avec n'importe qui, les personnages du jeu ayant chacun leur préférence.

In fine, j'ai passé 55 heures de pur plaisir, à farfouiller partout, et tâcher d'effectuer un nombre incalculable de quêtes annexes. Certes, au bout d'un moment, j'ai commencé à tourner en rond et à trouver certains types de quête un peu redondants. Toutefois, cette profusion de contenus ne m'a jamais donné la nausée, bien au contraire. De plus, le souffle épique qui règne sur une grande partie de l'aventure constitue ce que je cherche principalement dans un RPG de ce type : le sentiment grisant d'être un guerrier, un mage, un voleur... bref, d'être le héros d'une aventure.
culte, indispensable !

Dragon Age Inquisition en quelques mots

Dragon Age Inquisition est LE RPG de l'année 2014. Bon, ce n'est pas très compliqué vu le peu de représentants du genre, mais il va bien au delà. Sans être surprenant, il propose un aboutissement pour le genre, tant il est maitrisé de bout en bout.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)