5PB, que l'on connait surtout pour ses adaptations de jeux Cave (notamment Ketsui), vole à présent de ses propres ailes et nous propose sa vision du shoot sous un titre très présomptueux : Bullet Soul. On comprendra par la suite pourquoi...

Comprenez ici "l'âme des boulettes". Sinon, à part ça, les chevilles, ça va ? Passons, car dès que l'on insère la galette, on se dit que les choses ont été faites avec des moyens. On ainsi droit à une séquence d'intro animée du plus bel effet.

Par la suite, on doit choisir entre trois personnages : une jolie fliquette aux gros seins, un guerrier typiquement manga et un colosse tout droit sorti de l'imaginaire grec. Chacun a ses spécificités, principalement au niveau du rapport rapidité de déplacement / puissance de feu.

Bullet Soul sur Xbox 360.
Bullet Soul sur Xbox 360.

On dispose deux tirs : le premier ratisse large tandis que le second renforce la puissance, ralentissant votre vaisseau. On trouve également des bombes, et des items à ramasser pour augmenter sa puissance de tir. Eh oui, on voit bien que les petits gars ont bossé pour Cave ! Mais finalement, puisque la recette fonctionne merveilleusement bien, pourquoi ne pas la garder ?

Une fois dans le jeu, on se retrouve avec un résultat vraiment déstabilisant. Les amateurs de shoots ont l'habitude de "canceller" les tirs, c'est à dire de les annuler. Eh bien dans Bullet Soul, on ne faut QUE ça ! Il est ainsi possible de passer le premier niveau sans bouger son vaisseau, les adversaires étant détruits rapidement, leurs tirs ne vous arrivent jamais dessus ! Encore plus frustrant, les boulettes annulées restent à l'écran sous forme de gris transparent, ce qui vient renforcer le côté frustration du joueur qui trouve l'ensemble du jeu bien plat. En revanche, on comprend pourquoi le jeu s'appelle Bullet Soul : c'est tout simplement l'âme des boulettes que l'on voit ici. Nulle intention de la part du développement de pompeusement réinventer le genre.

Heureusement, à partir de la fin du deuxième niveau, le jeu prend de la vitesse et on commence à devoir slalomer entre les myriades de boulettes. Ouf, Bullet Soul est donc réellement un manic shooter, un danmaku. La difficulté monte vite, et le challenge se révèle rapidement bel et bien présent.

Durant les niveaux, on a même un dose de stratégie à mettre en place histoire de flinguer rapidement les adversaires les plus faibles afin d'éviter leurs tirs pour se concentrer ensuite sur les plus résistants. Les boss proposent des patterns classiques mais efficaces, avec des combats très longs. Cela manque un peu de rythme finalement, mais j'avoue avoir beaucoup apprécié de pouvoir zigzaguer longtemps lors de certaines phases.

La réalisation est superbe. Le jeu mêle habilement 2D fine et 3D discrète, pour des effets visuels souvent réussis. Le design des boulettes est assez particulier : très lisse, elles ont un côté très reconnaissable.

Mention spéciale à cette édition japonaise : le jeu est région free, il fonctionnera donc dans une console américaine ou européenne sans problème. De plus, il n'existe qu'une édition du jeu, qui intègre directement l'OST du jeu sur CD. Sympathique.
moyen

Bullet Soul en quelques mots

Bullet Soul est un jeu en demi-teinte. Souvent frustrant à cause du nombre incroyable de boulettes que l'on annule, il est finalement très bancal. Dommage, il aurait mérité un peu plus de maîtrise.

La note : 3/6 (moyen)