Chouette, un shoot'em up ! Et en plus en édition limitée chez Play Asia ! Oui mais en fait non, a priori ils n'ont pas essayé le jeu avant de le vendre.

Une édition collector limitée à 2500 exemplaires


Le jeu est sorti en version physique le 10 avril 2017 (un an plus tôt en version dématérialisée). A l'heure où j'écris ces lignes, c'est à dire une dizaine de jours plus tard, le jeu est toujours disponible sur le site de Play Asia.

Quand on voit que les quelques 4500 exemplaires des différents jeux proposés par Limited Run Games partent en seulement quelques minutes (oui, en minutes), on se dit qu'il y a forcément un loup quelque part.

Blue Rider, graphiquement très classique.
Blue Rider, graphiquement très classique.

Le loup, c'est juste que le jeu est mauvais.

Un shoot'em up utilisant les deux sticks de la manette


Le principe est devenu assez commun : avec le stick gauche on déplace son vaisseau tandis qu'avec le droit on déplace l'environnement, qui tourne autour de votre vaisseau.

Dès les premières secondes, quelque chose cloche. Le vaisseau répond très mal et souffre d'une inertie énorme. Impossible d'être précis, un comble pour un shoot'em up !

En image comme ça, c'est plutôt joli, mais animé, c'est très mou.
En image comme ça, c'est plutôt joli, mais animé, c'est très mou.

Sans parler du tir famélique de votre vaisseau. Des power ups sont bien là pour augmenter un peu tout ça, à la manière old school, c'est à dire en tirant sur les items pour les changer de couleur et donc de type de tir. Toutefois, ils sont tellement peu nombreux que l'on reste la plupart du temps avec un vaisseau puissant comme un lance pierre.

Du rétro rétrograde


On progresse tant bien que mal dans des niveaux répétitifs et bien trop longs (on met environ 15 minutes pour les traverser). Jusqu'a ce que notre jauge de vie tombe à zéro.

Et là paf ! Game Over. Pas de continue, pas de vies, rien. Blue Rider est un jeu pour warriors, de ceux qui acceptent de recommencer des dizaines de fois un niveau à partir du début. Le soucis, c'est que c'est chiant à mourrir ! Il n'y a aucun rythme, le tout est trèèèèèès lent.

Des boss peu inspirés, comme le reste du jeu.
Des boss peu inspirés, comme le reste du jeu.

Et même aussi lentement, la maniabilité catastrophique fera que vous perdrez bêtement vos précieux points de vie. Le tout grâce à un hit point gros comme... ben votre vaisseau. Donc très gros.

Une réalisation à l'image du jeu : répétitive et peu inspirée


Blue Rider n'est pas moche, il est juste totalement transparent. On a l'impression d'avoir vu ça des milliers de fois.

La musique est également nulle. ça tombe bien, on l'a en CD avec cette édition collector. Vous pourrez toujours vous en servir pour éloigner les oiseaux dans votre jardin.


L'édition physique, collector, sur PS4, de Blue Rider, par Play Asia.
L'édition physique, collector, sur PS4, de Blue Rider, par Play Asia.

à peine moyen

Blue Rider en quelques mots

Blue Rider est mou du genou, peu inspiré et peu maniable. En gros, mal branlé au possible. A éviter.

La note : 2/6 (à peine moyen)