Assassin's Creed IV Black Flag marque l'arrivée de la série sur consoles next gen, à savoir les Xbox One et Playstation 4. La série marque aussi une sortie annuelle... de trop ?

Honnêtement, je n'attendais pas ce Assassin's Creed IV Black Flag. Moi qui suis fan de la série depuis le premier épisode, j'ai fini par me lasser de cette recette sans cesse reprise et transposée à différentes époques.

C'est donc sans conviction aucune que j’insère la galette dans ma PS4 flambant neuve... pour finalement mordre à l’hameçon bien comme il faut.

Assassin's Creed IV Black Flag sur Playstation 4.
Assassin's Creed IV Black Flag sur Playstation 4.

De la honte à la classe


Assassin's Creed III, avec son héros principal, Conor - un minable doté du charisme d'une huitre et ne sachant jamais sur quel pied danser - m'avait profondément irrité. A cela s'ajoutait un manque d'ampleur dans les environnements qui allait de pair avec l'étroitesse d'esprit de son protagoniste. Il faut avouer que les quatre planches en bois du Boston de la révolution américaine, quand on vient de Venise ou Constantinople, ça a quelque chose de très cheap.

Assassin's Creed IV Black Flag propose déjà un changement de taille par rapport au reste de la série. Un changement qui peut mettre le pied à l'étrier des détracteurs de la saga des assassins : les pirates ! Avouez que ça donne envie quoi !
Le résultat est à la hauteur de nos espérances, puisque la recette, bien que pratiquement inchangée, propose en plus son lot de voyages en navire qui apportent un beau vent frais dans la sclérose du précédent épisode.

Pirate, mais pas sur l'île de Singe


Tout a été fait pour que les voyages ne soient pas rébarbatifs. Exit les voyages sans fin d'un Zelda Wind Waker sur Game Cube, ici on peut se téléporter instantanément dans tout lieu déjà visité.
L'ensemble est égaiement beaucoup plus maniable et compréhensible que dans Assassin's Creed III ouù manier la barre relevait de la gageure à mon goût.

A vous la vie de pirate !
A vous la vie de pirate !

Cette fois, vous incarnez Edward Kenway, dont vous suivrez le parcours initiatique, aussi bien dans le milieu de la piraterie que dans celui des assassins. On retrouve avec bonheur le plaisir de jouer avec un personnage réellement charismatique. Même son côté gros con de pirate, avide et égoïste, est parfois jubilatoire.

Côté gameplay, le jeu est incroyablement riche. J'ai terminé le jeu en me baladant un peu partout, mais au final, le compteur ne m'a crédit que 49% de taux de complétion totale du titre !

Trop de jeu tue le jeu ?


Assassin's Creed IV Black Flag a le défaut de ses qualité. J'avoue qu'à la fin du jeu, je n'avait qu'une envie : en connaître le dénouement. A force de trop vouloir donner, on tombe dans le syndrome du bac à sable et on fini par tourner en rond. Le jeu est paradoxalement très riche, et très répétitif.

Outre le scénario principal, finalement pas si palpitant que cela (avec des retours dans la réalité qui continuent la méta histoire, toujours aussi peu intéressante à mon goût), on trouve tout un tas d'activités.
On se balade dans les villes pour récupérer de l'argent et tout un tas d'items, on peut augmenter son propre armement bien entendu, mais ce n'est qu'une minuscule partie de ce que nous propose Assassin's Creed IV Black Flag.

Il va vous falloir vous balader en bateau, vaincre des forts, aborder des bateaux, visiter des épaves et piller des hangars. Toujours le même but : accumuler les richesses. Ces richesses vous permettront d'agrémenter votre île privée (une belle île de pirate où le rhum coule à flot !) et d'étoffer la puissance et la protection de votre bateau. Pour ce faire, outre de l'argent, vous aurez besoin de matières premières : bois, fer et tissus que vous récolterez sur les bateaux abordés.

Vous pourrez même envoyer les bateaux capturés à votre flotte, avec laquelle vous pourrez lancer des missions de commerce. Carton rouge pour Ubisoft qui demande un code d'activation en ligne pour utiliser cette spécificité du jeu pourtant extrêmement secondaire (encore un coup pour limiter la revente).

Du renouveau dans la continuité


Si vous avez déjà joué aux précédents épisodes de la série, vous aurez bien compris que la recette est ici exactement la même. Elle est juste transposée à la sauce pirate, avec une belle grosse dose de contenus annexes. Du coup, on loote comme un fou pour acquérir tout un tas de marchandises et s'enrichir. Les plus hâtifs pourront terminer facilement le jeu sans avoir à leveler. Les autres pourront partir à l'aventure comme tout bon pirate aime le faire.

Un petit mot sur la version next gen : c'est très joli, le moteur graphique fait des merveilles. Ce n'est pourtant pas foncièrement plus beau que sur PS3 ou Xbox 360. On a plus de détails certes, mais le principal changement vient au niveau de la fluidité. Aucun ralentissement, on sent que le moteur du jeu se plait bien sur la nouvelle génération.
Excellent !

Assassin's Creed IV Black Flag en quelques mots

Si je n'attendais rien de Assassin's Creed IV Black Flag, j'avoue avoir été surpris, voir charmé par la richesse, l'ambiance et plus généralement par le gameplay général du titre. Une jolie progression gagnée principalement grâce à son sujet : les pirates.
Cet épisode est même le meilleur en termes de gameplay... Ou tout du moins le plus abouti, car l'effet de surprise des épisodes précédents n'est plus, et lui ôte donc tout espoir d'atteindre le statut de "culte" qu'ont les deux premiers épisodes.

La note : 5/6 (Excellent !)