Après la trilogie Penumbra, Frictional Games continue d'explorer les tréfonds de l'horreur avec Amnesia : The Dark Descent.

Dès le début du jeu, les choses sont claires : il ne faut pas chercher à combattre les monstres que l'on va croiser... juste se cacher, et tenter de survivre. Le ton est là, et les amateurs de survival horror seront ravis.

Pourtant, Amnesia : The Dark Descent n'est pas forcément très accessible. Déjà, la réalisation met le doigt là où ça fait mal. C'est un jeu indépendant, avec des petits moyens, et cela se voit. Heureusement, c'est également loin d'être moche, et le travail sur les lumières - notamment - est plutôt pas mal fait. La musique est également bien présente, avec plutôt une ambiance qu'une musique réelle. Elle est en revanche parfois un peu trop redondante, dommage.

Amnesia : The Dark Descent sur PC.
Amnesia : The Dark Descent sur PC.

On ne dispose pas de barre de vie. On peut toutefois mourir. De peur, principalement... mais également de violence. Durant tout le jeu, vous allez courir après les bougies pour les allumer, car dans l'obscurité, vous deviendrez un peu plus fou à chaque seconde qui passe. Du coup, on est constamment sur la sellette. C'est éprouvant, mais totalement assumé.

Quant aux mécaniques de jeu, elles s'inspirent des point & clic des années 90, avec le mauvais côté de la chose : il faut chercher à fond des objets. Alors quand le jeu est en vue subjective, on se dit que parfois il faut chercher longtemps quoi faire avant de pouvoir progresser.

Mais une fois que l'on s'est fait à tout cela et que l'on sait être patient, on peut avec grand plaisir se prendre dans cette ambiance génialement flippante. Le jeu a la réputation de faire peur ? Ce n'est absolument pas usurpé ! Comme dit plus haut, les mécaniques de jeu sont parfois un peu trop éculées, et la réalisation n'aide pas les plus exigeants. Pourtant, il recèle également des petites perles de trouvailles qui vont vous glacer le sang faire monter en flèche votre rythme cardiaque. Le mieux, c'est que ces scènes flippantes sont parfaitement intégrées au gameplay. Elles en sont même directement dépendantes.

Le tout fait forcément penser aux fameux récitq horribles d'un HP Lovecraft. Si Amnesia : The Dark Descent ne s'en inspire jamais officiellement, cela reste tout de même flagrant. Je pourrai même dire que c'est le jeu du genre qui rend le mieux ce que l'on peut lire de Lovecraft.

Côté durée de vie, c'est assez limité, mais également très variable. Comme il faut régulièrement chercher divers objets (parfois bien cachés), le temps de jeu variera clairement d'une personne à l'autre. En moyenne, on peut compter 5 à 6 heures. C'est relativement peu, mais rappelons tout de même que le jeu n'existe qu'en dématérialisé et est vendu à prix très correct (une dizaine d'euros).
bon petit jeu

Amnesia : The Dark Descent en quelques mots

Amnesia : The Dark Descent est une réussite, malgré quelques ombres au tableau. Le gameplay parfois vieillot en rebutera plus d'un. Reste une ambiance typiquement lovecraftienne comme on en a rarement vu.

La note : 4/6 (bon petit jeu)